Zéro déchet : 5 astuces pour la salle de bain [vidéo]

On jette trop de choses, tellement de déchets qu’on pourrait limiter voire carrément et idéalement ne plus les produire ! Depuis quelques temps, j’ai pris conscience de tout ce que je mettais dans ma poubelle et qui disparaissait comme par magie ! Afin de limiter notre impact (chaque mini geste compte), je partage avec vous 5 astuces que j’applique quotidiennement dans ma salle de bain !

5 astuces (1)-01

Que retrouve t’on dans notre poubelle de salle de bain ?

On y trouve : des mouchoirs en papier, des disques démaquillants, des coton-tiges, des protections hygiéniques, des flacons vides de shampooing/gel douche/déodorant/dentifrice…

Stop à ces déchets que l’on peut facilement éviter en changeant un petit peu nos habitudes du tout jetable ! Modifier notre routine n’est jamais facile, mais en prenant notre temps, tranquillement on y arrive.

Comment remplacer NOs disques démaquillants ?

Cela fait maintenant 4 ans que j’ai acheté mon 1er kit de ces petits morceaux de textile qui vous aident au démaquillage, à passer votre lotion et qui se lavent pour être ainsi réutilisés encore et encore… Ils sont durables, économiques et écologiques !

Je n’utilise plus que ça, mes préférés sont ceux en bambou, j’en ai environ une vingtaine ce qui me permet d’avoir de l’autonomie jusqu’à ma prochaine lessive, je les emmène même en voyage grâce au kit Eco Belle Nomade.

Ce n’est absolument pas contraignant : dans ma salle-de-bain j’ai accroché un petit sac en tissu avec une épingle sur mon bac à linge sale. J’y glisse tout simplement mes carrés lavables usagés dedans, le sac étant en permanence ouvert, les cotons sèchent et je les mets dans ma prochaine lessive (dans un filet de lavage ou non afin d’éviter de les éparpiller). De temps en temps je les passe à la machine à plus haute température.

Pour plus d’informations, je vous en parlais déjà ici !

Où en acheter ? Vous pouvez en acheter sur le site Les tendances d’Emma ou sur Amazon.

Combien ça coûte ? Un lot de 10 unités vaut environ 15€, ils sont assez vite rentabilisés mais vous pouvez aussi les fabriquer vous-même !

Concours → Sur Instagram en ce moment pour gagner ces produits Les tendances d’Emma !

COMMENT REMPLACER noS mouchoirs en papier ?

Par du tissu ma bonne dame, hé oui comme papi et mamie avant nous ! En plus c’est super doux pour le nez ! Je fais partie du genre de personnes qui ont toujours la truffe humide, j’ai donc toujours un mouchoir à portée de main. Afin de limiter mes déchets, à Noël dernier mes parents m’ont fait confectionner des mouchoirs trop mignons roses à petits pois blancs. Le carré de tissu réutilisable de grand-papi n’est plus ringard et l’imprimé coloré est même carrément tendance ! Ils ont choisi le tissu et la dimension de chaque carré (les miens font 30cm x 30cm) et la couturière a fait ce joli travail.

Où en acheter ? Vous pouvez en trouver sur le site de Lamazuna (ils répondent au doux nom « mochi-mochis »),  ou si vous avez un budget assez large la marque Tshu proposent de magnifiques mouchoirs très stylés mais à des prix plutôt élevés…

Combien ça coûte ? Environ 5€ le mouchoir mais avec un minimum de technique, de matériel et un grand sourire vous pouvez surement les fabriquer vous-même ou avec quelqu’un de votre entourage pour vraiment pas très cher !

COMMENT REMPLACER noS coton-tiges ?

Grâce à l’ « oriculi » ! Ce mot rigolo désigne une toute petite spatule en bois qui nous arrive directement d’Asie et qui sert à se nettoyer les oreilles à la place de milliers de coton-tiges jetables car il est réutilisable à vie !

Ce petit bâtonnet en bambou s’introduit doucement dans l’oreille afin d’enlever le cérumen inesthétique à l’entrée du conduit auditif. Ils se distinguent très bien grâce à leur embout colorés et chaque membre de la famille peut avoir le sien. Niveau hygiène, pour le nettoyer il suffit de le savonner et le sécher.

Pour ma part, j’ai encore un peu du mal à m’habituer à cette pratique, car j’utilise surtout des coton-tiges après m’être lavée les cheveux pour enlever l’eau qui s’est introduite dans mes oreilles. Mais j’essaye de l’utiliser entre 2 shampooings, il faut savoir casser ses habitudes !

D’ailleurs à partir du 1er Janvier 2018, les cotons-tiges sous leur forme plastique seront interdits en France.

Où en acheter ? C’est le site Lamazuna qui m’a envoyé ce modèle pour le tester.

Combien ça coûte ? Ce modèle est vendu au prix de 4,50€.

COMMENT REMPLACER noS protections HYGIÉNIQUES (serviettes / tampons) ?

Chaque Française utiliserait environ 290 protections/an, que vous soyez mesdames dans la team serviettes ou tampons ou les 2, vous remplissez vos poubelles de déchets qui peuvent être facilement évités. Et en plus, votre anatomie côtoie des produits pas très « safe » pour elle voire carrément des « substances potentiellement toxiques » : produits irritants comme les parfums, aluminium, alcool,  polluants industriels, hydrocarbures, pesticide, herbicide et même insecticide (oui, oui lisez ici et ). Les procédés de blanchiments sont néfastes pour vous et la planète. Pour rappel votre muqueuse vaginale est très irriguée et donc absorbante, ces substances finissent par pénétrer votre organisme

Après ce désastreux bilan ne paniquez pas, je vous propose justement des alternatives plus green… Si vous êtes assez à l’aise avec votre corps, je vous invite à vous renseigner sur la coupe menstruelle ou cup (mon article très détaillé est ici) qui vous changera complètement la vie ! Personnellement j’utilise une Diva Cup depuis 2 ans et je vous assure qu’il s’agit d’une révolution pour les utilisatrices ! Je pense d’ailleurs avoir raté ma vocation de « conseillère-cup » tellement je renseigne régulièrement mes copines ou collègues de travail !

Si vous préférez les serviettes, vous pouvez tester les protections lavables. Non, ce n’est pas un retour en arrière comme nos mamies et toutes leurs lessives… Pas du tout ! Il s’agit de protège-lingerie lavables proposés en plusieurs tailles suivant vos besoins avec un design super sympa et assez pratiques pour « absorber tous les tracas du quotidien » ! Il suffit de la clipser grâce aux pressions dans votre culotte au moment voulu et ensuite elle se replie et se ferme dans l’autre sens avant de la laver.

Où en acheter ? Pour la cup, j’ai acheté la mienne : une Diva Cup taille 1 sur un site américain à l’époque où on n’en trouvait pas beaucoup mais maintenant elles se vendent sur internet ou dans les magasins bio. Le choix de marques, de couleurs et de formes est même immense ! Je vous conseille d’éviter peut-être les modèles trop souples car c’est un risque de fuite si elle ne se met pas bien en place… Des exemples d’enseignes qui en proposent : Lamazuna, Dans ma culotte

Concernant les serviettes lavables, celle que j’ai pu tester est une Absorbette qui s’appelle « La discrète » au motif Fraktale que la marque Dans ma culotte m’a envoyée pour afin d’enrichir mes expériences personnelles. :)

Combien ça coûte ? Une coupe menstruelle coûte entre 15€ et 30€ suivant les modèles et marques et peut être utilisée pendant 10 ans, quant au protège-lingerie dans la famille Absorbette Dans ma culotte, son coût est de 15€ à 19€ suivant sa taille.

COMMENT REMPLACER noS flacons de cosmétiques vides ?

Le mot clé c’est « solide », souvent sans emballage (ou en matériau recyclable ou compostable) ces cosmétiques sont même économiques car ils peuvent être utilisés plus longtemps que les flacons classiques ! Ce que j’ai pu tester :

Code promo →-10% sur le site Lamazuna grâce au code BESTVANITY (jusqu’à fin septembre)

Bilan pour un « kit zéro déchet »

Niveau budget, si on achète un kit de carrés démaquillants (15€) + un morceau de tissu pour fabriquer nos mouchoirs nous-même (quelques euros) + un oriculi (4,50€) + une cup (maximum 30€) →en gros pour moins de 50€ on peut se concocter un kit salle de bain « zéro déchet » que l’on peut utiliser et ré-utiliser pendant plusieurs années !

Et c’est aussi une économie de temps pendant vos courses, vous n’avez plus besoin d’aller dans le rayon mouchoirs/coton-tiges/ »demak-up »/protections hygiéniques de votre supermarché !

Pour aller plus loin, quelques livres sur le non gaspillage et le zéro déchet :

⋅ La « bible » Zéro déchet de Béa Jonhson, 7,90€.

⋅ Le guide Moins gaspiller c’est pas sorcier / Recettes et conseils pratiques pour tous les jours de Stéphanie Araud-Laporte, 19,90€.

⋅ Famille Zéro Dechet – Ze guide de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, 15€.

J’espère que ces petites astuces assez simples vous donneront envie d’essayer de limiter nos déchets. N’hésitez pas à me poser des questions ou me donner vos petits trucs à vous !

Pour information : si vous achetez ces articles via mes liens Amazon, cela ne vous coûtera pas plus cher mais je recevrai une petite commission qui m’aide à couvrir une partie des frais liés directement à mon blog.

Δ CE QUE JE PORTE :

noeud

 

6 Commentaires

  1. Bonjour,
    D’abord, un grand merci pour ces super conseils.
    Mais j’écris surtout parce que je ne peux pas m’empêcher de relever l’expression « petits tracas du quotidien » pour désigner les règles : je me dis que tu seras peut-être intriguée par le « flux instinctif libre », en anglais, « free flow instinct ». Déçue par la cup que j’ai du mal à bien mettre, je suis tombée sur certaines vidéos qui m’ont ouvert les yeux sur ma propre façon d’aborder mes règles. Je m’essaye au fli depuis quelques mois avec de premiers résultats très positifs, surtout au niveau psychologique. Qu’on le tente ou non c’est intéressant de se questionner sur la façon dont on considère cette manifestation très saine du corps féminin dans notre société ! Personnellement depuis que j’ai changé d’attitude par-rapport à mon corps je vis beaucoup mieux cette période (quand même 1/4 de ma vie environ), je chéris même ce moment un peu magique où je communique avec mon corps et ma force et fragilité !

    1. Bonjour Lila, en parlant de « tracas du quotidien » je pensais plus à des petites pertes par exemple, pour les autres jours en dehors des règles. J’ai entendu parlé du flux instinctif et je suis contente de savoir que tu te familiarises avec cette technique.
      Je n’ai pas voulu dire quelque chose de négatif sur cette période car je suis depuis quelques temps dans la même optique que toi en me disant que c’est surtout une chance, que c’est absolument sain et naturel et je suis déçue de voir (dans les pubs par exemple) qu’on « nous force à penser » que ces jours-là sont le pire moment du mois… Bref, je me reconnais dans ce que tu dis et je partage ta vision des choses !
      Bonne journée !

  2. Bonjour ! J’avais vu dans une de tes videos que tu avais acheté des flacons de déodorant vides chez Aroma zone. J’ai fait de meme pour pouvoir faire mon deodorant dans autre chose qu’un pot de verre pas tres pratique. Mais je me rends compte que sur le deodorant vide il y a des trous dans la partie mobile qui monte et descend et du coup j’ai l’impression que quand je vais verser ma preparation elle va tomber dessous dans l’engrenage…. as tu eu ce soucis ? Vois tu de quoi je parle ?
    Si tu peux m’aider je suis preneuse ^^ !!! Bonne journée

    1. Je comprends ce que tu veux dire. En fait, on verse le déodorant liquide avant qu’il ne se solidifie à l’envers dans le flacon Aroma-Zone… il y a un support exprés pour lui donner une jolie forme bombée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *