Que mettre dans sa trousse à pharmacie de voyage ?

Aujourd’hui on va parler santé en voyage ! Etant infirmière, l’idée de voyager sans trousse de secours dans le vaste monde m’est évidemment inconcevable ! Je vous montre aujourd’hui mon kit « type » sachant bien-sûr que suivant les pays, la durée du séjour, il peut varier.

trousse 12

Mise en garde : Attention, je ne suis pas du tout médecin, je vous donne que des conseils, en aucun cas je vous dis de prendre absolument ces produits-là. C’est à vous de voir : lisez les notices, demandez à votre généraliste si vous n’êtes pas allergique à ces médicaments par exemple et s’ils vous conviennent… Vérifiez-vous même la posologie qui est adaptée à votre état de santé, votre âge, votre poids et si vous êtes enceinte. Si vous découpez comme moi les plaquettes de médicaments pour n’apporter que le strict nécessaire, je vous conseille de soit apporter la notice avec vous, soit de vous écrire sur un petit papier à quoi ça sert, comment il s’utilise et combien il faut en prendre par jour ainsi que le nom de la molécule…

.

La trousse à pharmacie de secours :

Quand vous lirez cet article, je serai au Maroc. Nous n’allons pas beaucoup rester dans les grandes villes très touristiques (où j’imagine qu’on trouve des pharmacies avec quasiment les mêmes médicaments qu’en France), alors ma trousse sera plutôt adaptée à un baroudage dans la campagne marocaine !

L’idée c’est évidement que votre trousse contienne tout le nécessaire pour les petits bobos de la vie, mais en étant complètement nomade. Une valise de matériel et une pharmacie complète avec de quoi monter un hôpital de brousse est absolument inutile ! Je ne prends que quelques médicaments, le temps de m’en procurer d’autres si nécessaire. Sachant évidement qu’en cas de problème de santé plus important, il faudra vous adresser à un médecin ou un hôpital sur place.

Le but étant de ne pas avoir besoin de l’ouvrir pendant tout votre séjour ! 

.

  • Pour les diverses douleurs :

    • Un antalgique simple comme du paracétamol pour les petites douleurs, maux de tête (type Doliprane®, Dafalgan®…)
    • Un anti-inflammatoire, en cas d’entorse par exemple (type Bi-profenid®…)
    • Personnellement, je me rajoute des antalgiques plus forts car je m’imagine toujours me fracturer les 2 jambes en pleine jungle à des kilomètres de la moindre route… (j’exagère à peine, déformation professionnelle !), mais évidement il faut une ordonnance.

.

  • Contre la tourista, diarrhée du voyageur :

Vous devez le savoir, l’eau n’est pas potable au robinet (s’il y a l’eau courante) dans toutes les régions du monde. Elle peut donc vous rendre malade, même si les autochtones la boivent, méfiez-vous, votre organisme n’est pas forcément prêt à supporter cela.

Prenez vos précautions : ne mangez pas n’importe où (je veux dire, parfois dans des stands de rue, l’hygiène n’est pas du tout la priorité), ne buvez pas d’eau non embouteillée et vérifiez que la bouteille n’a jamais été ouverte avant vous, évitez les glaçons dans vos boissons si vous ne savez pas d’où provient l’eau, et le mieux c’est d’essayer quand vous vous brossez les dents de se rincer la bouche à l’eau minérale, surtout au début du séjour. Je crois que dans les grands hôtels, la cuisine est peut-être faite à l’eau filtrée. Lavez-vous bien les mains avant de manger (pensez aux solutions hydro-alcooliques par exemple), pelez vos fruits et si vous voulez manger et boire complètement « local », libre à vous bien-sûr !

  • Contre la diarrhée : un anti-diarrhéique (type Smecta®, en sachets, celui-là je n’en prends pas trop car je n’arrive pas à l’avaler et il n’est absolument pas pratique en voyage car il faut un verre d’eau potable évidement, pour le diluer… sinon Imodium® en comprimé, plus facile à prendre !) Ce que je préfère utiliser c’est un antiseptique intestinal associé à un anti-diarrhéique (type Ercéfuryl®).
  • Contre les maux de ventre : un antispasmodique pour limiter les crampes abdominales (type spasfon®)
  • Contre les nausées et vomissements : un anti-émétique/anti-vomitif (type Primperan®, à prendre avant le repas).

Si vous êtes malade et que vous perdez beaucoup d’eau (diarrhées + vomissements) n’oubliez jamais de vous ré-hydrater  ! C’est très très important. Si vous ne gardez rien du tout dans votre estomac : attendez un petit moment après le dernier renvoi, et essayer de prendre une petite gorgée d’eau toutes les quelques minutes, de façon assez rapprochée.

Un jour, on m’avait conseillé de faire une cure de probiotiques (Ultra-levure® 200mg) avant de partir en Inde, et de continuer là-bas. Ça permet d’avoir des micro-organismes super fortiches dans les intestins, cette flore de « winner » va permettre de mieux supporter le changement de régime et normalement d’être moins malade… Bilan : aucun souci en Inde à signaler !

Je ne prends pas de comprimés de désinfection de l’eau car je n’achète que des bouteilles encapsulées.

trousse 2

  • Plaies & bobos :

  • Diverses plaies : Nettoyez toujours vos plaies, au pire si vous n’avez aucun matériel avec vous, de l’eau propre et du savon feront toujours l’affaire, ça sera mieux que rien du tout !
    • Quelques compresses, un antiseptique…(je vous conseille des dosettes type Betadine dermique 10%®, car les grands flacons ne sont pas pratiques, et sont vite contaminés par les bactéries ou des compresses déjà imprégnées type Pharmadose alcool®) et des pansements occlusifs ! Il vaut mieux éviter de mettre vos bobos à l’air libre au contact du vent qui transporte plein de poussière…
  • Pour les toutes petites égratignures, j’utilise un pansement en spray (ici par exemple Mercurochrome pansement spray®), attention ça pique mais ensuite la peau est protégée sous un film.
  • Ampoules : Je prends des pansements spéciaux contre les ampoules (ici : Compeed®), et de l’éosine (sous forme de dosettes) pour la faire sécher ensuite quand elle est percée. Ensuite je rajoute un petit pansement par dessus pour protéger des nouveaux frottements. (En voyage, on n’a pas toujours 10 paires de chaussures pour les changer régulièrement et éviter les échauffements…)
  • Un gel antiseptique pour vous nettoyer les mains avant de toucher aux plaies, si vous n’avez pas de point d’eau ou en plus de ceux-ci. (Ici : Manugel®)
  • Des strips stériles si jamais vous vous êtes un peu ouvert, et que vous ne pouvez pas poser de points de suture rapidement, ça fermera l’ouverture, en resserrant les berges de la blessure et aidera donc à la cicatrisation (type Stéri-strips 3M®).

SAM_2895

  • Divers :

  • Une petite pince à épiler pour les échardes ou divers corps étrangers (évitez de l’utiliser pour enlever le dard d’un insecte car on risque de presser ce sac et d’injecter plus de venin dans le corps, grattez plutôt doucement avec une carte de crédit le plus vite possible après la piqûre…)
  • Une petite paire de ciseaux afin de découper tout ce dont vous avez besoin, un pansement par exemple.
  • Un anti-histaminique : (type Aerius®), si vous êtes sujet aux allergies diverses (alimentaires, poils d’animaux, piqûres d’insectes, pollens ou autres…), je vous conseille d’en avoir toujours avec vous, sous peine de vous gâcher un peu le séjour sinon !
  • Du sérum physiologique pour nettoyer les yeux par exemple.

Pour être sincère, je me rajoute parfois d’autres choses (dans ma parano d’infirmière) :

  • Des corticoïdes en cas d’allergie massive à quelque-chose…
  • Du matériel stérile (seringue et aiguilles…) si on doit me faire une injection afin d’éviter toute contamination possible, si je pars dans des endroits assez reculés où les standards d’hygiène médicales sont souvent moindre qu’en Europe voire quasi-inexistants. Souvent, faute souvent de moyens, ils utilisent les mêmes aiguilles et seringues pour plusieurs personnes.
  • un antibiotique à large spectre si je me suis blessée et que la plaie est assez sale.
  • du fil et une aiguille stériles pour des sutures éventuelles.

J’en suis pas arrivée à l’Aspi-venin, mais peut-être qu’au beau milieu de l’Amazonie, ça peut-être utile !

Si vous ne savez pas du tout quoi prendre, je vous conseille d’aller voir un médecin spécialisé pour les voyageurs, dans un centre de vaccination internationale par exemple, qui vous dira quels vaccins faire, quelles précautions prendre et surtout vous fera les ordonnances pour des médicaments utiles sur place.

Gardez cette trousse dans votre bagage en soute pendant le voyage car elle contient des objets interdits en vol (ciseaux, aiguilles..) et on peut vous demander une ordonnance pour vos médicanents.

trousse 3

Mais aussi dans ma trousse de toilette…

Je ne vais pas vous dire de prendre votre nécessaire de toilette classique, je vous donne juste des idées de ce qui peut-être utile pour améliorer votre confort ou être carrément indispensable !

  • Pensez à vos traitements personnels, n’oubliez pas d’en garder un peu de côté dans votre bagage à main si jamais votre valise/sac à dos n’arrive pas en même temps que vous à l’aéroport, que vous les perdez ou qu’on vous les vole… Il n’y a pas de raison que ça arrive, mais on ne sait jamais.
  • Un anti-moustiques : ils sont vecteur de plusieurs maladies pas très sympathiques comme par exemple la dengue et la fièvre jaune… Faites attention à la région choisie de votre produit (tropicale par exemple…) et à la molécule du principe actif. Dans certaines régions du monde, on recommande un traitement préventif contre le paludisme et de dormir avec une moustiquaire (parfois imprégnée en plus d’anti-moustiques) !
  • De la crème solaire (avec un indice de protection élevé évidement, un SPF 4 ne sert à rien du tout !), ainsi que des lunettes de soleil et de quoi vous protéger la tête une casquette/chapeau afin d’éviter une insolation.
  • Prenez vos médicaments si vous êtes sujet au mal des transports et que vous avez prévu beaucoup d’heures de bus et de bateau…
  • Des mouchoirs, et pour bien dormir des bouchons d’oreilles, et un masque de nuit !
  • Pour certains : apportez des préservatifs achetés en Europe (de norme CE), pour évitez les mauvaises surprises avec des contrefaçons car c’est un gage de contrôles afin d’éviter les IST. On a fait mieux comme souvenir des vacances !
  • Si vous portez des lentilles, n’oubliez pas votre boitier et la solution de décontamination, lavez-vous soigneusement les mains avant de les manipuler. Apportez une deuxième paire de lentilles car on ne sait jamais ce qu’il peut arriver, et pensez à prendre vos lunettes pour le reste du temps.

Et évidement, dernière recommandation, vérifiez que vous avez bien une assurance assistance internationale, si vous êtes malade ou au fond de votre lit d’hôpital à l’étranger, vous serez surement ravis que l’on s’occupe de vous, et qu’on vous rapatrie rapidement et gratuitement ! Souvent avec la carte bancaire qui a servit à payer le billet d’avion par exemple vous possédez déjà cette assurance.

 

trousse 4

 .

C’est bon, tout est prêt ? Votre trousse est faite, votre valise terminée ? Il ne vous reste plus qu’a profitez au maximum de votre voyage ! 

noeud

2 réflexions sur “Que mettre dans sa trousse à pharmacie de voyage ?

  1. Miju dit :

    Super ton article, je dois partir au Mexique au mois d’août et étant sensible des intestins dirons nous lol je vais me pencher sur la cure d’ultra-levure, je vais demander conseil à mon médecin, mais je pense que ça ne peut pas me faire de mal :-)

    J’adore la déformation pro. entre les anti-douleurs au cas où tu te casses deux jambes, la seringue, etc. lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *